•             Vendredi ,le véto passera à la maison et Echo cessera de souffrir.Comme me dit Bruno,notre véto,nous avons fait tout ce qui pouvait être fait mais une tumeur au cerveau l'empêche de garder ses repaires.Je l'ai amené hier soir et nous avons pris cette décision aussi douloureuse même pour lui qui suit ma troupe depuis 1999.

    Voilà ....mais il faut continuer ...aussi je vais essayer de reprendre mon blog.

     

                    Cet après-midi je vais voir mes poussins 3/4h.

     

                    Je voudrais un peu de soleil car dans nos vieilles maisons (1875),la fraîcheur reprend vite sa place.Vendredi.....

    17° et mes os me font souffrir.

     Les cerises sont restées accrochéesVendredi..... sur leur arbre ,très peu de perte  malgré le vent. Je vais reporter la cueilletteVendredi..... à Lundi puisqu'il paraît qu'il va faire très chaud.Un peu de soleil Vendredi.....leur donnera plus de sucre.

            Mes pivoinesVendredi..... penchent la tête.J'ai pris ce pied chez mon papa quand la maison a été vendue!

    Je suis très sentimentale.......Et hypersensible avec la maladie!

            Mon bonheur ,enfin un de ces petits bonheurs qui font ma vie ,est de regarder la nature,voir pousser fleurs ,légumes et mauvaises herbesVendredi......Le figuier me donnera quelques figuesVendredi..... que je disputerai aux choucas.L'eucalyptus Vendredi.....que j'ai oublié de tailler.Chez nous ,c'était une pâture et le sol était pauvre.Les plantations stagnent quelques années et brusquement ,démarrent.

     

         La serre regorge de bons légumesVendredi..... (salades ,persil,ciboulette,haricots verts et petits pois ),les artichauts Vendredi.....(qui ont dû avoir froid ces jours) grossissent.Les fruits poussent et je mange déjà des framboises .80 pieds de tomatesVendredi.....  nous régalerons ,nous et les copainsVendredi......Dernières plantations en extérieur Vendredi.....courgettes,concombres,potirons et autres dont potimarrons,etc...

     

          Hier une amie me disait qu'elle s'ennuyait dans sa vie ,perso je ne connais pas cela et parfois,j'aimerais que les jours aient 28h.Le plus dur va être de reprendre les promenades sans mon gamin!

           Bon place au sourires   

    Vendredi.....

     

    Oui mais a travers la tablette c 'dur je ne peux que lécher mais je ne sens pas le goût


    Bavez pas sur mon écran!!!!

     

    Le baiser par Raymond Devos !!!!
         Pour donner un nom hors du commun à mon chien, je l'ai nommé Baiser (comme pour un baiser mignon).
       Ce fut une erreur, mais je ne l'ai remarqué que plus tard!...


            1°) Lorsque après mon déménagement, je me suis rendu à la municipalité pour le faire enregistrer, je dis au percepteur que je venais payer la taxe pour Baiser. Il me répondit qu'il n'y avait pas encore de taxe à payer pour cela.

        
         « Mais il s'agit d'un chien », lui répondis-je. Il me répliqua que les relations sexuelles avec les animaux sont interdites par la loi, mais que malgré cela, il n'y avait pas de taxe à payer.
        « Vous ne comprenez pas, lui dis-je, j'ai Baiser depuis que j'ai neuf ans »... Il me jeta dehors.
     

            2°) Pendant notre voyage de noces, le chien nous avait accompagnés. Comme je ne voulais pas qu'il nous dérange, je demandais à la réception de l'hôtel une chambre supplémentaire pour Baiser.
          La dame de service me répondit que toutes les chambres de l'hôtel étaient équipées à cet effet.
      « Vous ne comprenez pas , lui dis-je,
       «Baiser m'empêche de dormir toute la nuit».
        Mais elle me répondit<<  moi aussi, çà m' empêche de dormir>>!....
     
          3°) Un jour, je me rendis à un concours de beauté pour chiens, je voulais y présenter Baiser. Un gars à l' entrée me demanda la raison de ma présence au concours. Je lui répondis que j' étais ici pour Baiser. Il me suggéra de faire imprimer mes cartes d'entrées privées et de les vendre.
      Lorsque je lui demandais si le concours était télévisé, il me traita de pervers.
     
          4°) Un jour, Baiser tomba malade et je dus le conduire chez le vétérinaire.
      Le lendemain, j'allai le reprendre.
        « Lequel est-ce, me demanda la demoiselle en feuilletant dans ses cartes d' admission, Milou, Médor..ou Paf ? »
        « Que diriez-vous de Baiser », lui répondis-je, et je reçus une gifle.!....

           5°) Le même jour, Baiser s'échappa et je le cherchais partout. Je me rendis au refuge pour animaux pour le chercher.
        « Que voulez-vous ?... » me demanda le gardien. « Baiser » lui répondis-je.
      Il était d' avis que ce n' était pas le bon endroit pour baiser. 

           6°) Je cherchais toute la nuit. Vers 4 heures du matin, un agent de police me demanda ce que je voulais en pleine nuit dans ce quartier chic, lorsque je lui répondis que je voulais seulement Baiser et rien d'autre, il m'embarqua.

          7°) Lors de mon divorce, ma femme et moi devions nous présenter devant le juge pour le partage des biens.
        Naturellement, je voulais à tout prix garder mon chien, je ne voulais pas le lui laisser :
     « Votre Honneur, j' avais déjà Baiser avant le mariage ».
      Il me répondit simplement :
      « Et alors ? Moi aussi >>!.....

      Sacré Raymond
     
     

     

     

     

          Et place a la contestation.

     

    LES MOTS QUI DISPARAISSENT
     
    Bon, certaines expressions sont déjà connues mais ça vaut quand même le détour...
     
            *"LES MOTS QUI DISPARAISSENT"*
            Il y a des mots, des expressions, qu'on n'entend plus ou qu'on
            emploie moins.
            Ils arrivent exténués, à la fin du deuxième millénaire.
            Le siècle, qui a commencé depuis 15 ans maintenant, risque de
            leur être fatal.
     
            Conservez-les, un jour viendra peut-être où on ne les trouvera
            plus dans aucun dictionnaire, si ce n'est du vieux français...
            Quelques exemples:
             > >
            *INCULPATION ­*
            A été expurgé du Code Pénal au profit de "mise en examen". Cela
            afin d'éviter une infamante présomption de culpabilité.
            Être "en examen" ne présage pas du résultat de l'examen.
            Aujourd'hui quand quelqu'un est MIS EN EXAMEN, on doit toujours
            insister sur le fait que cela ne préjuge pas de sa culpabilité ?
            Comme du temps où il aurait été "inculpé".
             > >
            *INSTITUTEUR* ­
            Longtemps remplacé par "MAÎTRE D'ÉCOLE". Il tend à disparaître
            par sa dissolution dans le concept fourre-tout de
            l'enseignement, au bénéfice de "PROFESSEUR des ÉCOLES"
             > >
            *MAÎTRESSE* ­
            Ne pas assimiler à la version féminine d'instituteur !
            Ce serait une "professeure des écoles". Les maris n'ont plus de
            maîtresse mais une "amie".
            Les épouses conservent parfois l'amant, mais seulement à cause
            de la connotation romantique : les moins romantiques n'ont qu'un
            ami aussi.
             > >
            *MORALE* ­
            A force d'être inemployée a disparu. Ne demeure que "ordre
            moral", mais attention : connoté de « fascisme »
            Toutefois personne ne se réclame du "désordre moral". La morale
            n'est plus enseignée, elle est remplacée par "éducation à la
            citoyenneté"
             > >
            *MOURANT* ­
            Il n'y a plus de mourant mais des malades en "phase terminale".
            Afin d'éviter une regrettable confusion ne dites pas à votre
            fils qu'il est en terminale mais qu'il va passer son bac!
            Pour désigner un mort, doit-on parler d'un individu "*en phase
            terminée*" ?
             > >
            *PATRIOTE* ­
            Totalement absent du vocabulaire politique et civique.
            Désigne aussi un bon citoyen américain et un missile américain.
             > >
            *PATRON* ­
            Nous n'en avons plus, ni même des chefs d'entreprise, mais des
            DIRIGEANTS D'ENTREPRISE.
            Le CNPF (C N du patronat français) en a pris acte en devenant le
            MEDEF.
            Seuls quelques cégétistes utilisent encore le terme de "patron"
            ce qui prouve bien qu'il est désormais péjoratif...
             > >
            *PAUVRE* ­
            N'existe plus. C'est un "défavorisé", un "plus défavorisé", un
            "exclu", un "S.D.F." à la rigueur un "laissé pour compte".
            Dans les années 80, il subsistait uniquement dans l'appellation
            "nouveau pauvre"; ce fut le chant du cygne.
             > >
            *PROVINCE* ­
            Dire "en RÉGION". On ne dit plus du "provincial" mais du
            "RÉGIONAL".
             > >
            *RACE* ­
            A été abolie au profit "d'appartenance ethnique". Sinon, vous
            êtes raciste, fasciste, nauséabond, …
            On peut néanmoins dire "black" en anglais et en banlieue.
             > >
            *SERVANTE, BONNE ­*
            Aujourd'hui c'est une "employée de maison". Quand elle s'occupe
            de vieux - pardon de "personnes âgées" - elle devient
            "auxiliaire de vie".
             > >
            *SÉQUESTRÉ* ­ Aucun cadre, aucun chef d'entreprise n'est
            séquestré, il est "retenu contre son gré".
             > >
            *VANDALE ­*
            a laissé place à "jeunes en colère" au "paysans en colère".
            L'ampleur des dégâts distingue les vandales des autres.
             > >
            *VANDALISME* ­
            impolitesse, injures, agressions, bris de matériel, racket sont
            regroupés sous le terme "incivilités".
            On ne dira plus que ce sont des "sales gosses" mais qu'ils
            "manquent de civilité".
            A noter la louable tentative de Jean-Pierre Chevènement
            d'introduire la bénigne expression" SAUVAGEON". Il dû battre en
            retraite devant « l'Insurrection des consciences ».
             > >
            *VOL* ­
            Terme réserve aux gagne-petit et aux obscurs.
            Pour les politiques on parlera "d'enrichissement personnel".
     
           Ce qui est condamné unanimement par les collègues contrairement à
            l'enrichissement impersonnel, qui, lui, ne bénéficie qu'au
            parti, mérite la compréhension, ce que les juges n'ont pas
            encore compris.
             > >
            *VOYOU* ­
            En voie d'extinction.
    On ne connait que des individus "connus
            des services de polices", des "récidivistes", des
            multi-délinquants".
     
            Un nouveau casse tête pour dire les choses simplement.
            A méditer !!!!!!
          
             > >
            Pour les anciens, il y a du recyclage dans l’air...
             > >
            Déjà cet été, j’ai adoré les campings qui ne veulent plus qu’on
            les appelle campings parce que ça suscite instantanément dans
            l’esprit des gens l’image de Franck Dubosc en moule-boules ou de
            Roger et Ginette à l’apéro avec casquette Ricard et claquettes
            Adidas. Donc les professionnels de la branche demandent que l’on
            dise désormais « *hôtellerie en plein air* ». …Ha ha, ça change
            tout !!!
             > >
            J’ai aussi appris que je n’étais pas petite mais « de taille
            modeste » et qu’un nain était une «*personne à verticalité
            contrariée* ». Si, si !
             > >
            Mais rendons à César ce qui lui appartient, l’empereur du genre
            reste le milieu scolaire et ses pédagos à gogo. J’étais déjà
            tombée de ma chaise pendant une soirée de parents quand la
            maîtresse a écrit sur le tableau que nos enfants allaient
            apprendre à manier « *l’outil scripteur* » au lieu de tenir un
            crayon.
             > >
            Je me suis habituée au fait que les rédactions sont des «
            *productions écrites* », les sorties en groupe
            des « *sorties de cohésion* » et les élèves en difficulté ou
            handicapés des « *élèves à besoins éducatifs spécifiques* ».
             > >
            Mais cette année, sans discussion aucune, la palme est attribuée
            au Conseil supérieur des programmes en France et à sa réforme du
            collège.
             > > Z’êtes prêts ?... Allons-y.
             > >
            Donc, demain l’élève n’apprendra plus à écrire mais à «
            *maitriser le geste graphomoteur et automatiser progressivement
            le tracé normé des lettres* ».
             > >
            Il n’y aura plus de dictée mais une « *vigilance orthographique». *
             > >
            Quand un élève aura un problème on tentera une « *remédiation* ».
             > >
            Mais curieusement le meilleur est pour la gym… Oups pardon !!!
            pour l’EPS (Education physique et sportive).
             > >
            Attention, on s’accroche :*courir* c’est « créer de la vitesse »,
            *nager* en piscine c’est « se déplacer dans un milieu aquatique
            profond standardisé et traverser l’eau en équilibre horizontal
            par immersion prolongée de la tête »,
            et le *badminton* est une « activité duelle médiée par un volant ».
             > >
            Ah! c’est du sportif, j’avais prévenu !...
            Les précieuses ridicules de Molière, à côté, c’est de l’urine de
            jeune félidé (je n’ose pas dire du pipi de chat).
            Alors, les amis, ne perdons pas ce merveilleux sens du burlesque
            et inventons une nouvelle catégorie :
            la « personne en cessation d’intelligence » autrement dit, le con.
             > >
            Signé Martine Meunier, mère d’une élève.
            Ah non, re-pardon… Martine Meunier « génitrice d’une apprenante ».
            Ben oui, un "outil scriptutaire" c'est un stylo,
            un " référentiel bondissant" c'est un ballon,
            et un "bloc mucilagineux à effet soustractif" c'est… une gomme.
             > >
            Je pense que les "*zzzzzzzélites"* qui ont inventé de telles
            conneries n’en resteront pas là… avant d’être tous en hôpital
            psychiatrique… pour « remédiation de cessation d’intelligence »…...
    > > > >   
     
     
     
     
     
     
     
     
     
      et
     

     


    18 commentaires