• Soiree bêtises

    Il  faudrait  trouver le traitement qui va bien.... sauf que, le traitement n’existe pas ! 

    On peut  soulager les symptômes mais pas le mal en lui même ! 
      -Pour les douleurs. J'ai du essayer 1/3 des antidouleurs qui existent, sans résultat. 

     

      Puis le moral... le plus difficile avec les douleurs.: Car le fait de se sentir diminuer fait que l'on ne se sent  plus soi  même.  Je suis diminuée,  je ne peux  plus faire ce que je faisais   avant et, si  j' essaye quand même, c'est à  mes risques et périls...et ce soir....muscle froisse!

     

     

     

        

     

    Ce qui est compliqué pour mon entourage, c'est de  me voir souffrir, sans :

     

    - pouvoir  m'aider

     

    - supporter mes sautes d'humeurs dû à notre état du moment, sans compter que les crises de larmes sont nombreuses !

     

    Bref, on a le choix.... soit, je me laisse dépasser par la douleur et là, je n'ai plus qu'à 
    me laisser mourir, soit,   je continue à vivre et à faire de mon  mieux pour avancer... 
    je me  lance des défis... j' accepte la douleur tout en faisant avec...

     


     


           Je rêve, de pouvoir me lever le matin et de faire des projets pour la journées.. Mais mon rêve prend fin, dès que je pose les pieds par terre, et que mes muscles transis de douleurs me ramène à la dure réalité.....!
     Les muscles rigides et douloureux, nous avons un avant goût de ce qui nous attend pour le reste de la journée !

    Mais Puis d ns la journée, je bouge un peu,

     

     je croise de vieilles dames qui, avec un sourire  me disent : Bonjour, vous allez bien ?

     

    Non, ça ne va pas, mais  je réponds : oui merci 

     

    Mais si on avait dit : non  ça ne va pas... cela aurait changé quoi ?

     


     
    et comme dirait une amie fibromyalgique

     

    "Quoi qu'il en soit, même la médecine se refuse à reconnaître ce mal (la fibromyalgie) !

     

    Ah non pardon, je suis mauvaise langue.... On nous soigne....

     

    Alors, nous avons toute une batterie d'anti-douleurs qui ne servent à pas grands choses...

     

    Mais comme la douleur est récurrente, on a aussi droit aux anxiolytiques... ben oui, il faut bien se déstresser de la douleur occasionnée !

     

    Après on a aussi les  antidépresseurs, des fois que la maladie nous pousse à nous jeter par la fenêtre..... Ben des fois, avec ou sans, on le ferait bien, juste pour arrêter de souffrir.....

     

    La dessus, on a les somnifères, car les nuits sont tellement pourries, qu'il nous faudrait au moins 5 heures de sommeil.... pas plus et parfois moins..

     

    Mais là aussi c'est un leurre....

     

    La médecine soigne ou plutôt essaye de soigner les problèmes lorsqu'ils se présentent, mais c'est tout. De plus tout ce qui est thérapies, physiothérapie, balnéothérapie.... et tous les "rapie", ne sont pas toujours abordable, et si cela vous soulage sur le moment, c'est pas à "vita eter nam"...

     

    On se retrouve donc,  avec une pharmacie à la maison à faire pâlir la petite pharmacie de quartier, sans aucun succès !"

     



     

     




    fatiguée, fatiguée de vivre ! remboursez-moi ma vie, remboursez !

    « J’ai une bonne nouvelle : le monde sans souci dont vous rêvez existe. Et une mauvaise : ça s’appelle le Paradis et ce n’est pas pour tout de suite. En attendant, on va essayer de s’arranger avec ce monde-ci, qui s’appelle la Vie. »


    un peu de rires:

     

    Au moins, c'est clair

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Un homme marié rend visite à sa maitresse qui insiste depuis plusieurs semaines pour qu'il rase sa barbe touffue.
    Ce jour-là , très câline, elle s'y prend avec  une infinie douceur et demande avec une voix sexy :
    -" Pierre , J'aimerais tellement découvrir ton charmant visage sans cette barbe."    L'homme rétorque : 
    - "Tu sais bien que ma femme adore cette barbe. Elle se douterait de quelque chose..."
    Elle insiste tellement que Pierre finit par céder et rase sa barbe. 
    Lorsqu'il rentre tard chez lui, il s'introduit discrètement dans le lit conjugal, n'allumant pas la lumière pour dissimuler son visage.
    Mais sa femme se réveille et, lui caressant le visage, dit :  
      - " Patrice ... qu'est-ce que tu fais là . Mon mari va rentrer d'un moment à  l'autre..."


    Une grenouille mâle dépressive, se décide à téléphoner à une voyante dans l’espoir qu’elle lui remontera le moral.

     

    La voyante lui prédit :

     

    - Vous aller rencontrer une jeune fille très jolie qui voudra tout connaître sur vous.

     

    - Ouais, super ! Et quand vais-je la voir ? demande la grenouille. A une fête sur la mare ?

     

    - Non, vous allez la rencontrer le trimestre prochain, en classe de biologie…

     

    B I S O U S du

     

    « : Homme ou femme »

  • Commentaires

    1
    riboudou
    Lundi 8 Décembre 2014 à 23:20

    Attention attention - prends garde à toi !!!!!! je sais que tu souffres moralement et physiquement mais je ne veux pas lire de si vilaines phrases - tu es sur terre pour toutes tes amies qui te comprennent et qui voudraient tant te prendre qq jours de souffrance ur que tu puisses respirer une fois profondément et vivre qq jours comme tu le veux

    je sais que ne baisseras pas les bras sinon combien auraient déjà baisser les leurs ....... continue tes cours de sophrologie comme tu le fais (je crois que c'est ça) tes phases de détente et surtout pas de mauvaises idées sinon je prends le premier train et gare à toi - le seul bien que je puisse te donner c'est te dire que je pense à toi et que je suis ton amie - c'est hélas tout ce que je peux faire mais le coeur y est tout entier - bisous tout plein

     

    2
    primerose
    Mardi 9 Décembre 2014 à 07:55

    tu sais Sabine, il en est de même pour le cancer. lorsqu'il est métastatique, ils ne savent plus comment l'arrêter et le soigner. Alors il existe des remèdes pour contenir le temps qu'on pourra, comme on m'a dit, des anti douleurs qu'on supporte, ou non. Et mon organisme refuse beaucoup de choses. La souffrance la semaine dernière était si terrible que sur 10, je la classais à 12 au moins... 


     


    Alors oui, on nous donne des médicaments sensés nous aider, et qui sait, suivant les personnes à arriver un petit miracle...


    En attendant les progrès de la science qui permettront vraiment de guérir ces maladies. Depuis le temps que le cancer est connu, c'est incroyable qu'il n'y ait pas plus de progrès de ce côté. Il y a encore peu de temps à la télé on essayait de faire croire que c'était une maladie banale et que plus personne n'en mourrait ! Mensonge, perfidie, le commerce, toujours le commerce... 


    IL nous faut donc essayer de faire avec ce que l'on a, en espérant mieux, même si c'est après notre départ pour les lieux paradisiaques. je me pose souvent beaucoup de questions à ce sujet.


     


    Beaucoup de maladies restent encore sans réponses, sans traitements. Nous sommes une longue chaîne à souffrir et  à nous battre bravement.
    Papicolère ne va pas bien...


     


    je te fais de gros bisous, en espérant que tu aies quelques moments meilleurs que les autres, pour pouvoir te réjouir quelque peu.

    3
    duffyduf
    Mardi 9 Décembre 2014 à 08:57

    histoire de voir la vie en rose... je préfère ne pas piquer de canards pour l'instant ... on verra ça dans 50 ans... et plus si affinité... on ne sait jamais ... les 4 trucs muches aztéques : il y a du soleil (et une bonne gelée) , c'est le beau, on a tué une oie (c'est le bon et même très bon),je suis en vie (c'est le merveilleux... ben oui sinon je ne verrais pas le soleil et je ne mangerais pas de l'oie...) et comme tu ne m'as pas dit le 4 et bien c'est que je peux t'envoyer plein de zibous... et toc...happy

    4
    Mardi 9 Décembre 2014 à 09:06

    Kikou , et oui ce n'est pas facile mais je te souhaite beaucoup de courage.

    Passe une bonne journée, bisous

    Nadine

    5
    Mardi 9 Décembre 2014 à 10:29

    Coucou,

     

    C'est difficile la douleur ! Car personne ne peut en comprendre l'intensité ressentie.

    Pour toi, Primerose et tous ceux qui souffrent ou accompagnent des gens qui sont malades,

    je vous conseille de lire, et de faire lire  ce texte, issu de la réflexion de femmes atteintes du cancer du sein

    Il reflète tellement les sentiments qui nous habitent!

    Bon courage

    Bises

     

    6
    Mardi 9 Décembre 2014 à 12:26
    nays&

    que je ne sais que dire devant cette souffrance

    tiens bon courage courage et qui sait un jour un remède sera trouvé..garde confiance surtout

    dur dur....

    bisous **

    7
    Mardi 9 Décembre 2014 à 14:21

    bon après midi, il est tout mimi ton ours marin, surtout que je suis dans le thème des nounours actuellement avec mon expo

     

     

    8
    Mardi 9 Décembre 2014 à 15:54

    Bonne journée

    Bonjour bon mardi frais mais la chaleur dans le cœur
    IL existe dans chaque Coeur, un petit tiroir secret....
    Ou chacun cache ses petits bonheurs...
    Dans le mien brille cette étincelle....
    Qui est Notre Amitié *****
    Bonne journée bisous la kikinette


    9
    Mardi 9 Décembre 2014 à 17:37

    BONSOIR SABINE !

     

    Moi aussi je suis toujours sur la "Fibromyalgie" :

     

            En gros, les neurotransmetteurs (hormones) dopamine et sérotonine sont sensibles aux cannabinoïdes (alcaloïdes du cannabis) et ces deux hormones peuvent être des mystificatrices qui "induiraient" pour certaines personnes des douleurs fantômes.

     

            Est-ce à dire que la consommation régulière de cannabis serait la panacée, je n'irais pas jusque là, mais des espagnols (où le cannabis est autorisé) le disent.

     

     

     

    Pour rire :

     

    SACRE VELO !

                    Dimanche 6 heures du matin, Laurent se lève sans faire de bruit pour ne pas réveiller son épouse. Il charge son vélo dans la voiture, et s'en va.

                    Arrivé sur le parcours il se met à tomber des trombes d’eau. Sa matinée est foutue, il décide de rentrer chez lui.
                    Il se déshabille sans faire de bruit, se recouche doucement tout près de son épouse, et lui chuchote à l’oreille :
    - Il pleut comme vache qui pisse.
    Et elle, répond :
    - Quand je pense que l’autre con est en train de pédaler !

    OUPS !

     

     

    Et j'en ai plein comme çà (plus de 100)

     Bisous Sabine !

    10
    Mercredi 10 Décembre 2014 à 21:00

    Je peux comprendre toute cette souffrance, ayant passé ma vie auprès des malades. Quand nous n'arrivons plus à calmer la douleur, crois-moi, nous le ressentons aussi. Maintenant, c'est à mon tour d'être de l'autre côté mais je n'ose pas trop me plaindre, je peux encore effectuer sans trop de problèmes les gestes de la vie courante.

    Je te souhaite beaucoup de courage quand le mot patience ne fait plus rien. 

    Gros bisous du soir de Mireille du Sablon

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :