• Nostalgie....

     

         Détendons notre esprit et essayons de laisser la douleur reposer dans la pleine conscience, libre de toute construction mentale. Cette attitude nous permettra de ne plus en être la victime passive, mais, peu à peu, de faire face et de remédier à la dévastation qu'elle provoque dans notre esprit.

    Matthieu Ricard

    Elle est là dès le réveil
    Elle s’accroche à nos pensées,
    Elle bourdonne à nos oreilles,
    Elle refuse de nous lâcher
    La douleur

    Elle s’insinue la perverse
    Partout où elle peut passer,
    Se moque de la détresse
    De notre âme dévastée
    La douleur

    Qu’elle soit physique ou mentale
    Elle reste toujours la même,
    Avec son visage pâle
    Et sa mine de carême
    La douleur

    Regardons là bien en face
    Elle ne peut pas nous tuer,
    Laissons lui toute la place
    Il lui faut se reposer
    La douleur

    Un jour elle s’atténuera
    Et ce jour là à nouveau
    Un grand soleil brillera
    Et tout nous semblera beau
    Sans douleur.

    (la poésie de Flore)

     

         Pas de neige ici annonciatrice (quand nous habitions en montagne) des soirées à plusieurs familles,tout en tricotant j'aimais écouter les aînés parler de leur vie ,isolés dès que les flocons devenaient quotidien!

    C'était une autre vie et quand je vois qu'ici dés qu'il y a un flocon,c'est la panique....Mon mari (ex) partait à 7h pour Annecy et ne revenait que vers 19 et je restais seule à 950M avec mes 3 petits .Je les descendais à l'école en luge.Nous étions outillés bien sûr et j'avais des pneus neige.C'est là que j'ai appris à dépasser la solitude dans de longues marches .J'avais aussi des amies beaucoup plus âgées que moi mais que j'aimais aider.C'est là que j'ai appris qu'emballer un paquet ,se disait tu feras plier le paquet de gâteaux.

    J'étais bénévole au 3ème âge (le mien maintenant)  et j'allais chercher les  personnes encore plus isolées.

    Un pan de ma vie .

    Annecy ou la mairie a brûlé cette nuit!

    Tout fout le camp mes bonnes gens sauf bi bi  fidèle .

           Ce blog m'a beaucoup aidé quand je l'ai commencé et même plus tard. Il est plein de souvenirs, plein de textes qui se trouvent ici ,parlent de gens qui étaient tout pour moi et dont j'ai à peine des nouvelles aujourd'hui. Beaucoup de textes me rappellent aussi qui j'étais avant... Quand j'ai commencé à écrire je n'avais aucune confiance en moi, et depuis tout ce temps j'ai essayé d'apprendre à m'aimer un peu, à croire en moi, et je peux dire que j'ai réussi 

            J'avais consacré le plus clair de ma vie à m'efforcer de ne pas pleurer  . Vous serrez les dents, vous relevez la tête, vous vous dites que, si on te   voit pleurer, ils vont avoir mal, et que vous ne serez jamais rien d'autre que de la tristesse dans leur vie. Et, comme vous ne voulez pas qu'ils vous résument à de la tristesse, vous ne pleurez pas, vous vous dites tout ça dans votre tête en regardant le plafond, puis vous déglutissez un grand coup, même si votre gorge s'y oppose, et vous regardez la personne   en souriant. .

    Vous savez  bien que parfois je suis  à terre, que les questions me vrillent la tête et que la douleur m'empêche de vivre, de dormir et même de penser, comme si un train de marchandises m'était rentré dedans. .....mais vous savez aussi que je vais remonter !

      je suis ...je suis ..

    "Je suis une femme -grenier. Je garde tout.  
     
     Pourquoi t'es là ? Pourquoi tu restes ?     
    Parfois je me dis ,ils ne vont plus venir ....
     
    J'ai besoin d'ouvrir les vannes, tu comprends, de tout lâcher,  de hurler mes mots pesants...
      de dire des bêtises
     
     
     
     
     
     
     

     

            

     

     

     

    « M'en fous!que .... »

  • Commentaires

    1
    Vendredi 15 Novembre à 14:44

    COUCOU  CAPITAINE

    sacré douleur, quand tu viens et ne pars plus ! ! !

    femme grenier comme toi,   mais je commence a jeter

    il le faut bien méme si les maisons sont grandes

    "Homme" c'est pire …. son garage est envahi ! !

    bon WE bisous  a  bientot 

    2
    petite fourmi
    Vendredi 15 Novembre à 14:52

    moi aussi femme grenier et j'en entasse tous les jours il y a des jours pire que d'autres mais il faut continuer et on entasse et la place manque dans le grenier où on se sent étouffer ! Prends bien soin de toi ,gros bisous 

    3
    Vendredi 15 Novembre à 16:18

    Nostalgie quand tu nous tiens

    amicalement bisou bon après - midi ,

    4
    Vendredi 15 Novembre à 17:13

    Je suis originaire de la campagne normande  et je me rappelle les jours de grand neige, car on en avait beaucoup. Quel bonheur de voir mes frères faire de grands bonhommes de neige dans les champs et s'amuser avec peu de choses. J'étais beaucoup plus jeune et je les admirais.

    Oui je suis d'accord, on était plus heureux car on se contentait de ce qu'on avait. Pas de télé, donc pas d'envie ni de tentation.

    Bisous

    5
    Vendredi 15 Novembre à 18:06

    coucou Sabine, 

    maintenant comme tu dis on panique quand on voit la neige, alors que dans le temps on se mettait tous ensemble avec les voisins et on dégageait la neige. 

    J'aimais bien les soirées d'hiver quand j'étais jeune, 

    Passe un bon week-end au chaud, gros bisous

    Nadine

    6
    Vendredi 15 Novembre à 18:34

    Coucou Sabine,

    Ouf ! Enfin le week-end. J'adore l'humour sur l'égalité des sexes.. J'ai aimé Annecy, mais je n'y suis allée que pour le plaisir. Je trouve les paysages enneigés superbes, mais j'avoue ne pas trop aimer la neige. Bon, lorsque l'on est pas bloqués sur les routes, çà va, sinon çà devient vite galère, surtout quand on se retrouve coincés dans des bouchons, parce qu'il y a des ralentissements. Quand on travaille ce n'est pas drôle lorsque l'on doit déblayer la neige accumulée devant chez soi juste avant de partir, y compris gratter le pare-brise. Ah non c'est le genre de situation qui m'énerve ! Je n'aime pas l'hiver, et ma saison préférée est le printemps... "est arrivé sors de ta maison", comme disait Fugain. Bisous Sabine

    7
    Vendredi 15 Novembre à 23:27

    Quand elles étaient petites, mes filles descendaient au catéchisme à skis de fond quand leurs frères étaient malades.

    3 km de pistes et elle n'avaient que 10 et 8 ans et demie.

    Une autre époque en effet.

    8
    Samedi 16 Novembre à 00:36

    Coucou ma Sabine chérie,

    oh douleur quand tu nous tiens, mais faisons bonne figure, pour ne pas l'infliger aux autres. Mais  parfois il faut lâcher prise quand i-on est tout seul ou avec quelqu'un qui comprend.

    Oui tu nous parle d'un temps où on dévalait les pentes neigeuses ... je n'ai pas connu, sauf les deux vacances que je me suis payées à la neige ... j'ai adoré.

    Et puis j'ai rencontré Georges et il m'a dit ah la neige un truc bon à mettre dans le congélateur. Ce qu'il a fait une fois pour la montrer aux autres petits enfants qui arrivaient quand il n'y en avait plus. Donc fini les sports d'hiver. Ah  l'amour quand tu nous tiens. Je préfère l'amour à la neige. Ca dure plus longtemps, plus de 50 ans + les 3 ans de fiançailles.

    Bon sinon je dévalais la pente en patins à roulette et tournais en bas vers la cave ... qui était une fois ouverte et j'ai trébuché sur le petit trottoir qui arrêtait la flotte avant qu'elle ne coule dans la cave. Mais moi cela ne m'a pas arrêtée ... direct sans emprunter les marches au fond de la cave avec le menton déchiré. J'en sens encore la marque!

    Bon courage ma douce je vais essayer d'aller dormir. Je t'embrasse très fort.

    9
    Samedi 16 Novembre à 07:35

    bonjour les enfants habitent les hautes alpes et hier la neige etait au rendez vous chez eux , le fils lui travaille a grenoble ou il y avait de la neige aussi mais ils ne se plaignent jamais ou il en faudrait bien haut , par contre tu m apprends avec l incendie de la mairie d annecy , le petit fils y travaille , je vais l appeller aujourd hui meme 

     chez nous on sent le moisis grrr car il pleut sans arret mais surtout gardons notre moral bien comme il faut 

     bon week end 

     bisous

    10
    Samedi 16 Novembre à 08:43
    Bonjour Sabine fort belle page souvenir Je te souhaite un agréable week-end Avec amitiés René
    11
    Marie
    Samedi 16 Novembre à 11:40

    Bonjour Sabine,  oui tu es une battante et tu gardes toujours ton humour malgré les douleurs  et  les tracas de la vie mais c'est pour cela que tu as toujours tes fidèles lectrices, ton courage et ta force de vaincre la douleur fait que on t'aime;

    Bon wek-end. Bisousyes

    12
    Samedi 16 Novembre à 13:28

    Femme-grenier,

    Mais non, les gens ne partent pas, ils aiment vous lire, on aime vous entendre raconter.

    Je vis dans la neige, 5 mois par année et c'est très bien. Y'a des jours froids, très froids même, à -25C on dit « frette », c'est plus froid que froid, Par contre nos maisons sont chaudes, pas humides du tout, confortabls. Et sous ces conditions nous sommes bien. En hiver, pas de moustiques, pas de pelouse à entretenir. On s'habille en conséquence et on se visite. On sait tous faire un bon chocolat chaud ou d'autres breuvages qui réchauffent.

    Bref, y'a moyen d'être bien sous toutes les latitudes, à la condition d'être bien dans sa tête. J'aime particulièrement votre région car c'est de là (Haute Savoie) que certains de mes ancêtres sont partis en 1717 pour venir s'établir au Canada, pays très dur à l'époque. C'est particulier car très peu de gens venaient de cette région qui alors n'était pas française (duché indépendant). L'ancêtre s'est alors fait passer pour un Dauphinois, car il fallait être Français pour s'embarquer pour le Canada, de là mon nom (Dauphinais).

    Mais ici, c'est de vous qu'il faut parler. Que voulez-vous, grâce à mes origines  lointaines, je vous considère comme une petite cousine. Nous avons au moins une chose en commun : la neige!

    Bonne journée!

    13
    Samedi 16 Novembre à 14:01

    Bonjour Sabine,  femme grenier je le suis aussi, maintenant j'essaie  d'oublier l'avant, de faire que mon corps  ne pleure plus jamais que si c'est important,  j'ai tellement pleuré que je ne trouve plus mes larmes,  elles sont enfouies au fond de moi sans jamais plus rien lâché  avec Fabinou mon fils handicapé, je renaît a la vie, puisqu'il n'y a plus personne pour m'humilier me faire mal,  et maugréer sans arrêt, la peur de me lever le matin sans se dire, " qu'est-ce qu'il va trouver aujourd'hui " ? la peur au ventre quand j'allais faire les courses, c'est trop dur d'en parler,  donc je garde,  peut-être un jour je sortirais tout de mon ventre, je le mettrais dans un grand sac fermé avec un cadenas pour que rien ne sorte, et je jeterai le sac dans le puits,  je te comprend ma douce amie,  je te lis tous les jours, et je me dis qu'on a du aussi te faire souffrir face avec la maladie, je te fais de gros bisous  bonne soirée a vous, Marie

    14
    Samedi 16 Novembre à 20:50

     Bonne nuit et Bon Dimanche .

    Bisou

    15
    Jeudi 21 Novembre à 18:33

    Excellent ton "chef de cabinet" ...he

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :