• les oublies.....

     

     

            Enfin ! J’entends dans le couloir,  l’équipe médicale s’approcher  . Soulagement, espoir que me seront révélées les causes de ces douleurs effroyables et de ma difficulté à marcher.

     

    La porte s’ouvre, le professeur entre entouré de son équipe d’internes. Et là sans même me regarder, sans prendre le temps de me dire un petit bonjour, un «comment allez-vous ce matin », il s’adresse à ses groupies. A cet instant, commence pour moi la vie du malade anonyme. Il leur décrit ma pathologie avec des termes incompréhensibles pour mon simple cerveau de patiente. A aucun moment il ne prononce mon nom, je viens d’être rebaptiser « le cas ». Je trouvais mon prénom  long et bien voilà maintenant il est bien court !

     

      Mais qui c’est celui là ? Qu’est ce qu’il a découvert ? Et pourquoi a-t-il juste découvert cette maladie et pas son traitement ? J’essaie de glisser une petite question, une simple question à ce grand maitre de neuro chirurgie. Mais rien, même pas un regard, même pas un mot !

     

    Avez-vous déjà essayé d’interrompre un nombriliste qui aime s’écouter parler ? Et bien je peux vous assurer que c’est du domaine de l’impossible !

    Et si on enseignait la compassion dans les hôpitaux?

     

    Et le voilà à continuer de déblatérer son savoir scientifique, sans aucune compassion, sans prendre conscience que dans le fauteuil,   une personne avec un cœur, des ressentis ...est là à sa merci, juste avec sa propre impuissance à s’exprimer, à s’affirmer face au tout puissant. Et de continuer en expliquant l’évolution de la maladie, les douleurs qui seront de plus en plus violentes, de plus en plus invalidantes.  , une possible dépression nerveuse. Il précise que  pour cette maladie  ,il n’existe aucun traitement à ce jour…

    Dans ma tête un « STOP ! Ferme là » hurle la colère qui progresse au fil des mots de cet individu, cet oiseau de mauvais augure mais rien ne sort, tout se stocke, tout se fige…

     

    Après une demi-heure de ce discours affligeant, il daigne enfin se tourner vers moi, et tout en conservant une attitude de bloc de glace, il me gifle avec un « vous allez rentrer chez vous, nous gardons votre dossier, dès que nous aurons un traitement, nous vous contacterons » .

    Et paf ! Prends çà dans la figure ma fille et tais-toi ! 

    je repartais comme j’étais arrivée… Enfin pas tout à fait…. Je repartais avec mes douleurs mais amputée de tout l’espoir que j’avais mis en ce soit disant ponte de la médecine.

    Et mes douleurs ? Et ma souffrance ? Qu’est ce que je fais ? Aucune réponse ! Car aucune solution !

    La fibromyalgie est une  maladie  qui ne mérite  pas que les scientifiques s’y attardent.

    Quand va s'arrêter la douleur?

    Dormir, dormir, voilà la solution. Ne dit-on pas qu’après une bonne nuit de sommeil tout va mieux ! Mais comment dormir quand la douleur s’agite à chaque seconde, vous rappelle par sa présence...... 

     

    Peu importe la maladie, chaque être en souffrance vit sa propre douleur et je reste convaincue que ce qui importe c’est le ressenti de chacun. Je pense qu’il n’existe pas de grosse ou petite souffrance juste des personnes abandonnées dans leur douleur.

     

     

     

     

     

     

    « Même pas pensé.....lundi.... »

  • Commentaires

    1
    Josiane
    Dimanche 1er Avril à 00:31
    Josiane

    Sur qu'avec eux on se prend de ces claques, style de dire devant  toi à ses suivants «et dire que certaines personnes s'imaginent que l'on peut opérer ! oui  c'est possible mais résultat » Grrrr jeune c-n !

    Bizes

    2
    Dimanche 1er Avril à 00:32

    Quel rustre et grossier personnage , ce prétentieux , un non respect des la personne et il se croit en haut de l'échelle , il en redescendra bien assez tôt ne t'inquiète pas ma Sabine . Un jour c'est lui qui en prendra plein la vue et il comprendra le mal qu'il à fait à ses patients . 

    Essaie de bien dormir et passe de bonnes fêtes de Pâques peut-être avec tes petits et les œufs à ramasser dans le jardin au retour des cloches qui rentrent de Rome ....

     

    Gros bisous marseillais , à bientôt .

    Renée (mamiekéké).


    3
    Dimanche 1er Avril à 08:29

    J'ai connu un salopard de cet ordre, ce n'était pas à l'hôpital mais en cabinet: un ORL qui m'a prédit que j'avais une tumeur (bénigne, n'est-il pas vrai?) au cerveau car j'avais une surdité à gauche et pas à droite... Et après examen, je n'avais rien. Ce sont des gens comme ça qui déprécient la médecine et pourtant je peux te dire qu'il y a aussi des médecins très bien, très humains. Ces gens-là pensent que l'humain n'est qu'une machine et la science toute puissante. Ils oublient que nous avons une âme qui est capable à elle-seule ou presque de soulever des montagnes, alors crois en ton âme et oublie ce saligaud de bonhomme. Le pire c'est que, si lui-même est malade un jour, d'une maladie dont on ne revient pas, on aura toujours des égards pour lui, justement parce qu'il fut médecin !!! De toutes les façons, tu savais déjà en ton fort intérieur que dans l'état actuel des connaissances, c'est difficile de soigner la fibromyalgie mais il reste l'espoir d'un traitement peut-être pas si éloigné que ça. Il faut croire et espérer, ceux qui enlèvent tout espoir sont des crétins et que connaissent-ils de l'avenir ? RIEN

    4
    Dimanche 1er Avril à 08:51

    J'ai rencontré ce genre de ponte qui se gargarise de son impuissance ! Mon jeune et nouveau médecin est sidéré : "vous avez des névralgies de partout Je vous donne des gouttes pour la dépression, cela va vous soulager. " Merci, j'ai déjà donné ...je ne prends plus rien qu'un Doliprane de temps en temps et je serre les dents ! Courage et passe quand même un bon dimanche de Pâques  Bisous

    5
    Dimanche 1er Avril à 08:54

    Bonjour, la médecine d'aujourd'hui n'est plus celle d'avant, d'un côté le progrès, de l'autre l'usine, ils sont tellement pressée et débordés qu'ils font leur travaille à moitié.Certain médecin sont encore de la vieille école et prenne leur métier à coeur mais ils deviennent rare malheureusement.Quand j'ai découvert ma voisine morte chez elle nous avons téléphoiner à deux centre médical et 3 toubibs aucun ne pouvais venir constater le décès, une autre voisine est partie chercher elle même un docteur au village, il n'a pas eu le choix que de la suivre, c'est triste! bisous

    6
    Dimanche 1er Avril à 09:27

    Moi je crois que malgré la douleur je me serais levé au milieu de son discours et je serais sorti, histoire de lui montrer que je pouvais être aussi impoli que lui... quel sale type !

    Gros bisous et courage...

    7
    lectrice
    Dimanche 1er Avril à 14:35

    bonjour sabine, oui c est une saleté de maladie qui  prends tout le corps, j ai une  voisine assez jeune, la poisse, je ne l ai pas vu depuis novembre, elle se faisait  hospitaliser début décembre huit jours, elle déprime aussi je la comprends, il y en a de ces femmes qui l ont, en 2018  médecine pas forte a deux vitesses, on a toutes nos douleurs plus ou moins  supportables,  le stress de ceci , cela la vie est déja dure on pourrai  s en passer, je pense que la bretagne est source beaucoup  d humidité en fonction de la météo ces douleurs se réveillent, le sol breton, il y a un hic, on a la mer sans plus, le printemps tarde, la nature a peine a éclore, il pleut tous les jours, aucune sensation de bien etre de chaleur, vendredi prochain un 19 degrés, bon courage,  bon dimanche pascal; kénavo de bretagne.

    8
    Julia2016
    Dimanche 1er Avril à 16:20

    Les médecin sont formé pour ne pas avoir de compassion  pour leur patient sinon eux même seraient dans la dépression ,et ne feraient plus leur travail correctement ,peut tu comprendre ça .BISOU PREND SOIN DE TOI EN ATTENDANT

     

      • Dimanche 1er Avril à 19:30

        Non ,mon frère était médecin et il avait de la compassion!Ma sœur était médecin et elle n'avait pas de compassion!

        Et non je ne comprends pas!

    9
    Dimanche 1er Avril à 16:47

    Comme je comprends ta détresse devant tant d'incompréhension. 

    J'ai vécu la même chose avec ma fille, un grand ponte avait dit devant elle qu'elle vivrait environ jusque 15 ans, il devait penser qu'elle était sourde. J'ai cru que j'allais l'assommer mais lui non plus ne m'écoutait pas. 

    Il va te falloir beaucoup de courage et je doute que ce soit suffisant pour atténuer les douleurs. 

    Il ne t'a même pas donné un traitement pour diminuer les douleurs. 

    Bises

     

    10
    marifa
    Dimanche 1er Avril à 19:59

    et oui la nouvelle médecine  aprése non plus pour être humain, mais pour se faire de l argent et aller trés vite ; nous ne sommes plus des patients mais des numéros de dossiers,

    l espoir tu l a toujours eu avec ta bonne humeur, et tes sourires ; continue à être toi même et si tu fais un peu moins un jour, le lendemain tu feras l autre moitié ; vis ta vie et n écoute pas ces beaux parleurs pleins de diplomes et d années d études.

    Bonnes fêtes de pâques peut être avec tes petits bouts de chou

    amicalement

     

    11
    Dimanche 1er Avril à 20:22

    Que dire de plus que tous tes amis! Oui j'ai rencontré ce genre de ponte qui paradait devant ses internes, mais j'en ai rencontré d'autres, dont l'humanité réchauffait le coeur!

    Alors courage ma chérie! Continue d'être celle qui souffre mais que nous admirons dans tout ce qu'elle vit et qui prouve un admirable support comme une insupportable douleur!

    Je t'embrasse

    Ta Gigi

    12
    Dimanche 1er Avril à 22:23

    tu m étonnes et je comprend

    d ou ne pas vouloir travailler en structure pas d humanité

    ils sont tous de faux cul , il ne voie que le fric

    enfin un gros CON le mec et pour toi un gros bisous ma doucette

    13
    Mardi 3 Avril à 14:38

    Bienvenue au club, maladie incurable et sans traitement je connais, j'ai été avec un peu plus de compassion que toi, mais le verdic est le même, cas unique en France, 120 cas dans le monde, tout ce que je sais c'est que je ne devrais pas être vivant, alors pour les emmerder la vie je l'embrasse à pleine bouche

    Amicalement

    Claude

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :