• Du vague à l'âme..

     

     

    Du vague à l'âme ou un doute au niveau de la température de l'eau ?

     

      Dans la vie tu as 2 choix le matin :

    Soit tu te lèves pour réaliser tes rêves .....

    Soit tu te recouches pour continuer à rêver...

     

     

    Les personnes hyper sensibles ont toujours le coeur sans dessus dessous, l’âme à l’envers, les yeux grands ouverts

    Une larme prête à couler, un sourire accroché aux lèvres, prêtes à exploser

    Elles vivent en équilibre instable entre les joies et les douleurs de la vie

    Elles ne sont pas parfaites, bien au contraire

    Parfois elles sont même autodestructrices parce qu’elles respirent par leur poitrine, jamais par leurs poumons

    Elles vivent à mille minutes de l’heure

    Les personnes sensibles savent sourire pour peu et pleurer pour un rien

    Elles savent s’arrêter en s’étonnant devant un arc en ciel, sourire à un chat, regarder vers la mer en savourant en elle l’infini de paix et de tourment

    Elles savent transformer le sable en poudre d’étoiles, allumer un rêve Dans la vie, tu as ...dans le noir

    Les personnes sensibles sont là assises à l’écart en attendant le bon moment pour vous donner cette caresse que vous attendiez

    Elles savent voir au-delà de l’apparence, plus qu’un sourire, plus qu’une larme

    Au-delà de la colère, au delà de la douleurDans la vie, tu as ... parce qu’elles vivent du coeur.

     

      La Vie est un combat?   Constamment vous tenir debout et faire face aux adversités? Je suis fatigués de lutter, de me battre, de..  ?

     

    Et Si....

    Si, au lieu de me battre et de lutter,si je ne faisais  qu’accueillir ce qui est là  ?

     

    Quand on commence à en avoir assez de courir, de tout faire, de lutter,   de se tenir debout, de se défendre,    ....

     

    J’aspire à plus de paix, plus de douceur, plus de calme !

     

    Accueillir ce qui est là, TOUT ce qui est, observer sans juger, choisir sans regretter, poser l’action juste, cesser de se battre et de lutter, cesser de souffrir longtemps pour ce qui appartient déjà au passé, ça vous parle? Moi oui!

     

    Cesser de passer des nuits, à réfléchir, à mettre des plans qui ne servent absolument à rien, et qui vont nul part, essayer de bien faire un masque pour le porter devant une personne, 

     

     

    La fibro c'est comme un cyclone qui entre dans ta vie et bouscule toutes tes habitudes.

     

    Elle arrive sournoise, d'abord des petites douleurs, puis ça s'intensifie, ton corps ne devient que douleur.

     

    Tu l'exprimes, tu le cries et personne ne t'entend; le milieu médical est sourd ou aveugle à ta détresse t.

     

    Pendant ce temps tu crois devenir folle: pourquoi je souffre? suis-je normale? qu'Est-ce qui m'arrive? pourquoi moi?

     

    Et tout ton entourage qui ne te croit pas, ne comprend pas.

     

    Et pendant ce temps la miss elle s'installe de plus en plus, t'empêche petit à petit de faire ce que tu aimes dans la vie, jusqu'aux choses les plus simples du quotidien.

     

    Tu deviens une autre toi...

     

    Elle bouleverse tes sentiments, ta sensibilité, ton rapport aux autres.

     

    Il faut penser la vie différemment.

     

    Tes nuits deviennent cauchemars, ces douleurs te réveillent sans cesse, impossible de trouver une position...

     

    Le matin tu ressembles à un robot, une statue,...tu ne marches pas tu glisses sur le sol car tu ne peux pas lever les pieds, tu ne vois que le sol car ton dos est coincé, chaque mouvement est un calvaire.

     

    Tu attends que le dérouillage passe... pour sortir.

     

    La fatigue s'installe jour après jour jusqu'à devenir épuisement.

     

    Et un jour ton corps lâche, tu ne l'as pas assez écouté, tu ne t'es pas reposée, tu as voulu continuer à vivre simplement comme tout le monde; alors les sorties entre amies se font plus rares puis les sorties tout courts, tu finis par refuser des invitations car chaque effort que tu fais t'anéantis davantage.

     

    Et tu te retrouves seule, seule face à elle, tu la détestes, la hais.

     

    Toutes ces aiguilles qu'elle laisse dans ton corps comme autant de grain de sable sur une plage en moins agréable. Elle t'évoque ces mots : incompréhension, solitude, désespoir, souffrance, déprime, calvaire, changement.

     

    Elle est futile, sournoise, imbattable, cruelle.

     

    Elle s'est imposée sans autorisation et maintenant elle t'envahit.

     

    Je sais QUE JE NE GUÉRIRAI JAMAIS!

     

    Je ne  me pique pas à l'insuline, je ne  perds pas mes cheveux à cause de la chimio, on est peut-être SUPER SEXY ou on est malheureusement AUSSI RONDE qu'un tonneau....
      .On n'a pas de signes extérieurs de maladie ; alors les gens pensent qu'on décide un beau jour d'attirer l'attention des autres, , qu'on devient paresseux et constamment en demande.
       ON A HONTE de ne plus pouvoir couper notre viande,tenir un cornet de glacelever les bras pour sécher nos cheveux, nous frotter le corps sous la douche.
       ON A HONTE .....de lâcher un cri de douleur en écartant la couverture du lit, dans la solitude incomprise d'un lever matinal tardif qui n'est PAS une GRASSE MATINÉE.......
       ON SE SENT COUPABLE envers notre conjoint, notre famille, de ne plus pouvoir prendre soin d'eux comme avant.

     

      ON EST TELLEMENT HUMILIÉE de ne plus être productive au travail, d'oublier ......ce qu'on a oublié de faire !
      .ON A HONTE DU TEMPS QUI PASSE, jour après jour, faisant état de tous les retards qui s'accumulent dans notre vie et qui NOUS RENDENT FOLLE d’angoisse..... car le Temps.... c'est de l'Argent ! Et on en fait perdre à tout le monde......Et NOUS....on est en COLÈRE de ne pas être respectée et reconnue car on risque au bout du compte de perdre : EMPLOI, MAISON, CONJOINT.(ça se profile pour moi)......
    C'est çà, un petit bout de notre  vie quotidienne. MAIS, allez SECOUEZ-VOUS un peu, QUAND ON VEUT ON PEUT.....voilà les merveilleux réconforts que nous recevons comme des coups de botte dans le derrière ( je préfère rester polie)
    JE REMERCIE TOUS LES CONJOINTS QUI ONT ASSEZ D'AMOUR POUR RESPECTER LEURS VŒUX DE MARIAGE : Dans la santé, Comme dans la maladie ! Je leur tire mon chapeau car, le dire c'est facile mais le vivre c'est très éprouvant pour eux ; de même pour nous de leur imposer tout ça.

    Ma rage,mon désespoir sont si peu de choses

     

    Dans la vie, tu as ...

               Je leur dit même ou je vais et à peu prés pour combien de temps je serai absente. Je sais ça peut paraître idiot pour certain mais eux ne me l' on jamais dit !!!

     

      Du vague à l'âme..

    C 'est vrai ! Du coup faut bien les apprécier ces petites bulles de bonheur. Ce sont elles qui te font tenir dans ce monde dingue !!

     

     Du vague à l'âme..

    Je le savais que la mer c'est dégueulasse, les poissons baisent dedans.....

     

     

     Du vague à l'âme..

    malgrès Bescherelle j'arives enccorre a fères des fotes

     


    Pourrequoa il cent nez jammé cervi ? ? ?

     


    cé koi ? cé pouhr gearddinné

     


     Du vague à l'âme..

     

     

     

     

    Le Curé à un Jeu Télévisé 

     

    > > > > > > > > >  Un curé qui a besoin d'argent pour sa paroisse s'inscrit à un jeu télévisé.
    > > > > > > C’est un peu surprenant, mais Jean-Pierre Foucault en a vu d’autres et il commence :
      - « Alors, première question, Monsieur l'Abbé, pour 1 000 EUR : 
            à quoi vous fait penser le chiffre 22 ? »
     
      -  « à l’expression "22, v'là les flics ! »
     
       -  « C'est votre dernier mot ? »
       -  « Oui, Jean-Pierre, c'est mon dernier mot »
       -  « Très bonne réponse, Monsieur l'Abbé ! »
       -  « On continue pour 5 000 EUR ? »
       -  « Oui ! »
     
       - « À quoi vous fait penser le chiffre 33 ? »
        -  « A une visite chez le médecin, lorsqu'il demande au patient :
     
             Dites 33 »
     
        -  « C'est votre dernier mot ? »
        -  « Oui, Jean-Pierre, c'est mon dernier mot »
        -  « Encore une bonne réponse, Monsieur l'Abbé ! »
     
      - « Bien ! Alors pour vingt mille 20 000 EUR, un peu plus compliqué :
           à quoi vous fait penser le chiffre 69 ? »
    Les sourires fleurissent dans le public, qui imagine l’embarras du candidat curé. Au bout d'un moment, le prêtre semble abandonner et annonce :
      -  « Là, je donne ma langue au chat ! »
     
    Tonnerre d’applaudissements des spectateurs et félicitations de l’animateur :
      -  « Excellent, Monsieur l'Abbé ! Excellent !
            Votre expression est pudique, mais tout le monde aura compris ! »
      -  « On continue pour 50 000 EUR ? »
      -  « Oui, répondit le curé sans savoir pourquoi sa réponse était acceptée. »
     
      -  « Alors là, je dois dire que vous avez de la chance :
             nous sommes dans votre domaine !
             La question est en effet la suivante :
          qu'a dit Ève en se voyant pour la première fois dans la glace ? »
    Cette fois-ci encore, notre brave curé se creuse la cervelle, il se récite mentalement toute la Genèse, mais sur ce point précis, rien !
    Finalement, il avoue :
      -  « Alors là, j'ai vraiment un trou... »
     
    De nouveau, les applaudissements de la foule font trembler le studio d’enregistrement et l’animateur en sautille d’excitation :
      - « Magnifique, mon Père : c'est la bonne réponse.
           Que fait-on après cet exploit ? On tente les 100 000 EUR ? »
     
    Le curé ne comprend pas très bien comment il a pu donner encore la bonne réponse sans la connaître, mais, admettant que les voies du Seigneur sont impénétrables même à la télévision, il décide de continuer :
      -  « C'est pour les œuvres de la paroisse, donc, oui, je continue ! »
     
    L'animateur exulte. Le public aussi. La tension est à son comble.
      - « Et qu'a dit Adam en se voyant pour la première fois
          dans une glace ? »
     
    Le pauvre curé qui ne savait même pas qu’il y avait un miroir dans le jardin d’Eden, réalise que les questions du jeu sont bien plus difficiles que ce qu’il avait imaginé
      -  « Oh ! Franchement, je ne pensais pas que cela deviendrait si dur ! »
     
    La foule est carrément debout et scande  "Le million ! Le million !"
      -  « Excellentissime ! dit le maître du jeu.
          « Alors, tenterons-nous le million ? »
     
    Le curé n’a toujours pas compris pourquoi on lui dit qu’il a bien répondu, mais conclut que c’est Dieu qui l’aide. Du coup, en pensant à tout ce qu’il pourra
    faire avec un million, il décide de continuer !
     
    L'animateur :
      - « Alors, qu'a dit Adam quand il a su qu’Ève était enceinte ? »
     
    Après un long silence, catastrophé d’avoir tout perdu, le curé a tout de même la force de répondre :
      -  « Mon Dieu, je savais que j'aurais dû me retirer plus tôt ! »
     « Bingoooooooooooooo ! »
    >

     Carole, une jeune fille blonde de la ville, a épousé John, un producteur laitier.
    Un matin, John dit à Carole :
    > > > > >
    - L'homme de l'insémination va venir pour inséminer une de nos vaches aujourd'hui.
    > > > > >
    J'ai placé un clou dans l'étable au-dessus de la crèche de la vache à inséminer.
    > > > > >
    Tu lui montreras où est la vache quand il arrivera ici, OK? »
    Puis l'agriculteur part pour les champs.
    > > > > >
    Après un certain temps, l'homme pour l’insémination arrive et frappe à la porte d'entrée.
    Carole l'emmène jusqu'à l'étable.
    > > > > >
    Ils marchent le long de la ligne des vaches, et quand elle voit le clou, elle lui dit :
    - Voilà ! C'est cette vache ».
    > > > > >
    Très impressionné par sa compétence, alors qu'il pensait avoir affaire à une blonde naïve, l'homme lui demande :
    > > > > >
    - "Dites-moi Madame, comment savez-vous que c'est elle, la vache à inséminer? »
    « C'est simple, c'est parce qu’un clou est au-dessus de sa place, » lui explique Carole.
    Étonné, l'homme demande :
    > > > > >
    - « Pourquoi un clou?
    > > > > >
    Et la blonde répond très simplement :
    - "Je suppose que c’est pour accrocher votre pantalon."

     

     

    coup de gueule ...

     Petite réflexion

    LUCIDE OU COMPLÈTEMENT CON !!!

     

    Quand on voit les naufrages face à Lampédouza , je me pose une simple question : pourquoi ces naufragés ne choisissent-il pas d’ émigrer vers le Qatar, le Nigeria, l’Arabie Saoudite, le Barhein ou le Koweit ?

     

     

     

     

     

     

     

    Pourquoi veulent ils absolument risquer leur vie pour venir en Europe chez les mécréants ? Alors que les pays du Golfe sont riches de leur pétrole et musulmans de surcroît.

     

    > > > > > > > > À l' heure où nous voyons en boucle sur toutes les chaînes de TV l' appel de l'Unicef concernant la famine dans la corne de l’Afrique, je rappelle à tous que les pays de l'Afrique concernés sont majoritairement musulmans mais que tous ces frères sont en guerre fratricide et se chassent réciproquement, provoquent des famines et se tuent sans état d' âme.

     

     

     


    Que font les pays voisins musulmans ? Le Maroc ? L'Egypte ?

     

     

     


    La Tunisie ? RIEN ! Et le Croissant Rouge (équivalent de notre Croix-Rouge) ... RIEN !

     

    > > > > > >
    > > > > > >
    > > > > > >
    Car c'est à nous de donner ... Malgré une dette de 2.000 milliards d'EUROS, qui nous oblige à emprunter chaque année ... aux pays du Golfe !

     

     

     


    Avec cette manne, le Golfe persique musulman construit des hôtels de luxe, des cités futuristes et s'achète des avions,des grosses berlines et ouvre des patinoires et pistes de ski dans le désert.

     

     

     


    C'est cela la charité de cette religion.

     

     

     


    Car au lieu que les Émirats arabes ouvrent leur porte-monnaie à leurs coreligionnaires,

     

     

     


    ils font en sorte que ce soient les ouvriers et classes laborieuses des méchants occidentaux qui ouvrent le leur ... pour une compassion envers des inconnus qu' eux-mêmes n'ont pas envers leurs propres frères en religion.

     

     

     


    Pendant qu'une grande partie du monde musulman s'enfonce chaque jour un peu plus dans la misère et dans les guerres, pendant que les pays du Golfe ne savent plus comment dépenser leur immense fortune, chaque jour des marées humaines de boats people débarquent en Europe ou se noient en mer, chaque jour des hordes de sauvages s'entre-déchirent dans des guerres au nom de l'Islam !

     

     

     


    Femmes, enfants et malades sont systématiquement mis en avant pour mieux déclencher nos réflexes de culpabilisation et de compassion.

     

     

     


    Or ces populations musulmanes font plus d’enfants qu’elles n'en pourront nourrir, sauf avec le concours et la manne financière des occidentaux.

     

     

     


    Cette religion aveugle est en train de déséquilibrer tout l'Occident et le conduit au bord du chaos.

     

     

     

     

     


    Mais est-ce notre faute si l'Islam sans pétrole ne produit que de la misère et des guerres ?

     

     


    A méditer s’il en est encore temps !

     

    « Prendre la vie en riant!jusque quand? »

  • Commentaires

    1
    Jeudi 13 Juillet à 01:19

    Bonsoir et merci pour ta lecture pleine d'humour ! en ce moment j'ai mes douleurs qui se rappellent à mon bon souvenir dur dur ! Bisous !

    2
    Jeudi 13 Juillet à 02:27

    Coucou Sabine

    Ton texte est très émouvant et j'en sais quelque chose, je pourrais l'avoir écris, puisque tout comme toi,  c'est ce que je ressens avec ma SEP, depuis maintenant 5 ans qu'elle est entrée dans ma vie, je dois faire avec et apprendre à vivre autrement, mais aussi à combattre chaque jour les douleurs pour travailler, m'occuper des enfants, de la maison, essayer de faire un max dans une journée ce qui parfois est très difficile, mais étant seule, sans conjoint, je suis bien obligée de me motiver dès le lever du lit sinon, je ne pourrais pas affronter mes journées.

    Sans cesse noter sur un Mémo mes tâches quotidiennes afin d'être sûre de ne pas les oublier même si c'est finir très tard le soir, le principal est de les accomplir pas vrai ? Eh puis quand la douleur te brise et que tu n'as fais que la moitié de ton travail tu te maudis, tu ne peux que remettre au lendemain ou surlendemain. C'est vrai pour les proches, on se déglige, on est flémarde...mais la réalité est toute autre. C'est un combat de chaque instant pour pouvoir relever la tête et affronter les jours qui passent. Je me force à avoir mal pour ne plus sentir la douleur et pour paraître comme tout le monde, même si c'est me bourrer d'anti inflammatoire pour tenir debout.

    Allez ma Sabine, haut les coeurs, la douleur ne nous fera pas baisser les bras hein ?

    Bonne fin de semaine, je ne te dis pas bon courage, je sais que tu en as à revendre tout comme moi, mais quelquefois comme on voudrais les baisser ces foutus bras pffffff mais se serais le désastre , en tout cas pour moi, plus de boulot, et ça surtout pas, sinon c'est la FIN !

    Gros bisous ma belle

    Coco

    3
    Jeudi 13 Juillet à 05:18

    Bonne journée bisous

    4
    Jeudi 13 Juillet à 05:47

    courage ma belle et je vais méditer tout cela .. j'ai du boulot et des douleurs

    je vais faire le tri 

    5
    Jeudi 13 Juillet à 07:26

    Bonjour Sabine,

    Que ton premier article est émouvant, c'est très bien écrit. J'ai beaucoup aimé, car dans certains passages, on retrouve quelquefois ce qu'on peut ressentir ou qu'on a déjà ressenti nous-mêmes.

    Mais ton humour reprends toujours le dessus, il ne fait aucun doute que  l'histoire de l'abbé m'a bien fait rire.

    Dans ma jeunesse j'habitais un petit patelin perdu, il y avait quelques fermes, avec quelques vaches. Je me rappelle d'un mec avec un tablier, des bottes, de grands gants qui descendait d'une camionnette verte, puis des meuglements tardifs...Plus tard j'ai appris en quoi consistait son travail.

    Je comprends mieux pourquoi les taureaux  étaient devenus rares dans les près, on nourrissait à perte pendant des mois, un gros couillon qui n'avait que çà à....foutre.

    C' était peut-être la méthode ancestrale de la PMA oh

    Je te souhaite une bonne journée et t'adresse de gros bisous bien amicaux.

     

     

     

    6
    Jeudi 13 Juillet à 07:38

    je te souhaite un bon weekend de 14 juillet. Proiftes

    Je cours

    7
    Jeudi 13 Juillet à 08:09

    Bel article où il y a de tout ...

    Bon jeudi, toujours dans le gris ...
    Bisoux, sabine


     

    8
    Jeudi 13 Juillet à 08:47

    J'apprécie toujours ton humour décapant mais dans ton billet d'aujourd'hui j'ai vraiment apprécié la façon dont tu parles de la maladie et je suis d'accord avec tes réflexions sur les pays du Golfe ! Bon week end  même si je ne célèbrerai pas notre devise ( liberté, égalité , fraternité ) ni l'abolition des privilèges :(    Bisous

    9
    Jeudi 13 Juillet à 11:09

     

    Kikou Sabine,

    ton texte m'a ému , je ne connais pas ta maladie mais j'ai une amie qui en souffre et comme tu le dis on ne voit rien . C'est très dur.

     

    Une belle journée aujourd’hui avant le retour de la pluie annoncée pour demain.

     

    Ma lessive va sécher au soleil .

     

    Passe une bonne journée, gros bisous

     

    Nadine

                 

    Résultat de recherche d'images pour "JEUDI"

     



     

     

     

    10
    Jeudi 13 Juillet à 11:12

    Je suis contente de constater que tu as reçu des témoignages de personnes qui souffrent comme toi. Non tu n'es pas seule, oui on te comprend, non on ne peut rien faire pour toi, seulement être là pour t'écouter et de donner le courage de continuer.

    Gros bisous

    11
    Jeudi 13 Juillet à 11:29
    Daniel

    Profiter de l'instant présent et lâcher prise.....Je suis un adepte et ma vie va beaucoup mieux !

    12
    Jeudi 13 Juillet à 12:42

    J'aime bien cette définition de la personne hyper sensible !!!

    Courage ma belle et vois un peu toutes tes qualités !!!

    Gros bisoussss 

     

     

     

    13
    Jeudi 13 Juillet à 14:09

    Comme tu exprimes bien ton ressenti, ma Sabine.

    Et tu me comprends si je te dis "seulement" et simplement " gros gros bisous" *** kiss  kiss  kiss

    Francine (Clio)

    14
    Jeudi 13 Juillet à 18:25

    Et voir souffrir son enfant sans rémission, tout en étant âgée et endolorie de partout c'est terrible, je voudrais partir aussi vois-tu Sabine, je comprends à cause de ça, bisous

    15
    Jeudi 13 Juillet à 18:57

    Je suis une hyper sensible et ton texte m'a beaucoup émue et touchée au plus profond de mon cœur. Je ne sais pas si la douleur la plus forte est celle de la maladie ou du comportement de ceux qui nous entourent...

    Un gros bisou

    16
    Vendredi 14 Juillet à 01:07

    COUCOU ma Sabine , bonsoir !

    Regarde mon Dimitri chéri est arrivé pour un mois , que de bonheur pour nous 2 car nous l' attendons toute l' année pour ça , sauf Noël bien sûr où nous allons passer quelques jours chez eux .

    Je veux partager mon bonheur avec toi . Gros bisous marseillais à bientôt car je suis très prise par sa présence . Nous en profitons au maximum .

    P.J. En haut mamie

           En bas papy .

    17
    Vendredi 14 Juillet à 11:40

    Que ton weekend soit beau Sabine,

    Merci pour ce billet très agréable et merci pour ton humour toujours au rendez-vous.

    Bon 14 juillet,

    Bises de Christiane

    18
    Samedi 15 Juillet à 06:41

    Bonjour ,pourquoi n'irais-tu pas en cure thermale ,tu te relaxerais  mieux .

    Bise.

    19
    Samedi 15 Juillet à 09:41

    En te lisant j'ai mal pour toi... et je sais que je ne peux pas y faire grand chose à part quelques encouragements bien dérisoires...

    Un peu d'humour aussi, suivi d'un constat qu'on connaît tous... sauf nos politiques !

    Des gros bisous 

    20
    Samedi 15 Juillet à 22:11

    bonsoir ma belle,ce n'est pas évident quand on a mal ,  hier le feu d'artifice était de toute beauté , pas besoin de me déplacer , je n'avis juste qu'à sortir dans mon jardin , demain et les jours suivants , il va faire beau et chaud , bonne soirée , bisous

    21
    Dimanche 16 Juillet à 18:36
    Bisous bisous
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :